Se loger

Contrairement à certaines grandes villes Françaises où la recherche d’un logement peut très vite devenir une galère avec une offre plus faible que la demande, la demande d’une caution et d’un dépôt de garantie souvent important, salaire au moins 3 fois le loyer… au Québec tout est plus simple.

La recherche d’un appartement et les prix

Trouver un appartement

À Montréal, l’offre est suffisamment importante par rapport à la demande ce qui permet de pouvoir être un minimum exigeant quand à la sélection du logement. Pour trouver un appartement, il suffit soit de consulter les petites annonces (je recommande fortement le site Kijiji de Montréal, il y a aussi Craiglist qui est assez populaire) ou de se balader dans les rues qui vous intéressent et repérer les panneaux « à louer » puis appeler directement pour espérer une visite dans la journée.

Une fois la visite fixée, il n’y a absolument rien à préparer si ce n’est qu’un chèque au cas où pour la réservation. Demander une caution ou un dépôt de garantie au locataire est illégal (sauf peut-être pour certains appartements meublés sous contrat touristique) et aucune caution ni fiche de salaire ne vous sera demandé. En effet, la loi stipule que le propriétaire doit prendre le premier intéressé qui satisfasse l’enquête de crédit que le propriétaire fera par téléphone. En tant que nouvel arrivant sans historique de crédit au Canada, on vous demandera peut-être une garantie tel qu’une preuve d’emploi.

Aussi, à Montréal, les baux de location durent généralement un an et commencent au 1er juillet, le jour de la fête du Canada. Ainsi, ce jour là, de nombreux appartements se vident et des camions de déménagements envahissent les rues. En dehors de cette période, l’offre est plus faible mais suffisante pour pouvoir trouver son bonheur.

Les meilleurs endroits où vivre à Montréal

Quand on ne connait pas la ville où l’on va s’installer, il est toujours difficile de trouver l’endroit idéal pour y vivre. Ça n’est pas en quelques jours ou même quelques semaines que l’on se fait une idée des différents quartiers de la ville, surtout que chaque quartier à Montréal est complètement différent de son voisin.

Où chercher ?

Tout d’abord, pour tout nouvel arrivant désireux de profiter et de découvrir la ville, je recommande vivement de s’installer dans la ville de Montréal et à proximité d’un métro. En effet, vous comprendrez vite qu’en hiver il ne vaut mieux pas être loin du métro et éviter le transport en bus. De plus, un accès rapide au centre-ville est toujours appréciable car le centre-ville rassemble la majorité des bureaux de Montréal.

Les quartiers

Voici les quartiers les plus populaires pour les Français fraîchement débarqués à Montréal :

  • Le Plateau-Mont-Royal : pour moi, le quartier idéal quand on vient d’arriver, en particulier entre les stations Mont-Royal et Jean Talon. C’est cependant le quartier où vivent le plus de Français. On l’appréciera pour ses rues boisées, sa multitude de restaurants et bars, la proximité du centre-ville en métro (10 mn), du superbe marché Jean-Talon, du Mont-Royal (20 mn à pied environ), du parc Lafontaine et des nombreux autres parcs du quartier et du Vieux-Montréal et le Vieux-Port (5 mn en métro). Par contre, le prix du logement est assez élevé donc si vous avez un budget serré, la collocation est très répandue dans ce quartier en particulier pour les nouveaux arrivants ;
  • Côte-des-neiges : un des quartiers les moins chers de la ville qui se trouve sur la ligne Orange et offre un accès direct au centre-ville (ou nécessite un changement si l’on s’éloigne sur la ligne bleue). Ce quartier est cependant davantage fréquenté par des familles et offre moins d’endroits pour sortir. Ce quartier est peu francophone ;
  • Le centre-ville : composé essentiellement de tours, ça n’est pas forcément le quartier le plus agréable où vivre. Pratique en hiver, surtout si vous êtes à proximité des galeries souterraines du centre qui permettent de relier l’ensemble des galeries commerciales et bureaux ;
  • Verdun : au sud de la ville, sur la ligne verte, ce quartier est plutôt agréable pour y vivre, au bord du Saint-Laurent et du Canal de Lachine. L’accès au centre-ville nécessite un changement de métro mais les prix sont abordables.

Les prix

Comme toute ville, Montréal a ses quartiers chers et d’autres moins. Ici, on ne parle pas en en m² mais en nombre de pièces. Ainsi, un 2 et 1/2 (demi) est équivalent à un 2 pièce en France (le 1/2 pour la salle de bain).

Pour un appartement meublé (ce qui est plus pratique à l’arrivée) avec charges comprises (eau chaude, électricité et chauffage) : compter 650$ pour un 1 et demi (studio), 900$ pour un 2 et demi et 1200$ pour un 3 et demi.

Un non meublé est en général 100 à 150$ moins cher mensuellement.

Bon à savoir, la taxe d’habitation n’existe pas au Québec pour le locataire.

La location d’un logement

Pour tout savoir sur la location d’un logement au Canada, de la recherche à la signature du bail, le site de la Régie du logement est incontournable.

Ne sous-estimez pas le fait de souscrire à une assurance habitation, non obligatoire au Québec.

Meubler et équiper son appartement

Louer meublé ou vide ?

Même si vous ne savez pas combien de temps vous allez rester à Montréal, il est souvent plus rentable de louer un appartement vide (ou si possible avec une cuisine équipée) et de le meubler. En effet, vous vous en rendrez compte assez rapidement, les appartements meublés se louent assez cher.

De plus, les meubles que vous achèterez se revendront assez facilement, les vides greniers (ou vides garages) marchent bien au Québec ainsi que la vente de meubles d’occasion sur des sites comme Kijiji (montreal.kijiji.ca).

Comment meubler et équiper son appartement à Montréal pour pas cher ?

La solution économique pour meubler son appartement est de se rendre à Ikea. Un magasin se trouve sur l’île de Montréal, pas très pratique d’y accéder en transport mais autant louer un véhicule pour s’y rendre et pouvoir ramener ses meubles.

Vous pouvez aussi faire de très bonnes affaires en achetant des meubles d’occasion sur Kijiji (montreal.kijiji.ca).

Pour ce qui est d’équiper l’appartement, en particulier la cuisine (vaisselle, plats, ustensiles, …), les Dollarama sont indéniablement la solution la plus économique. Les prix commencent à 1$ et dépassent rarement 3$. Difficile d’y repartir les mains vides…

La nécessité d’assurer son logement

Le témoignage de Vincent

Montréal et ses charmes, les gens gentils, le froid mais aussi le ciel bleu. Là-bas, la fumée noire a envahi le ciel bleu, les flammes sont de plus en plus hautes, un craquement sourd et voilà que l’immeuble s’écroule, sous nos yeux.

Si Montréal est une ville très agréable à vivre, je me permets de prendre aussi le parti de vous prévenir contre certains risques dont, à mon avis, on ne parle pas assez. Comme vous l’avez peut-être compris en lisant ces premières lignes, mon appartement a brûlé dans un incendie l’année dernière. Or mes colocataires et moi n’avions pas pris la peine de contracter une assurance pour notre logement. Grossière erreur et addition plus que salée.

Rapidement, les choses se sont avérées très compliquées. Nous devions des sommes d’argent astronomiques et, pauvres étudiants que nous étions, nous n’avions absolument aucune idée de comment nous y prendre pour les rembourser.

Le jeu n’en vaut absolument pas la chandelle. Après un lourd emprunt à la banque ainsi que d’innombrables difficultés administratives, nous avons peu à peu réussi à mettre cette histoire derrière nous. Seul point positif dans cette affaire, notre propriétaire s’est montré assez arrangeant mais tout le monde n’a pas cette chance.

Recommandations concernant l’assurance habitation

Il y a eu plus de 1380 incendies à Montréal en 2012. Ne faites pas comme nous et prenez une demi-heure de votre temps pour contracter une assurance logement qui vous couvrira contre le feu mais aussi les dégâts des eaux et le vol.

Halte aux idées reçues ! Non les propriétaires ne sont pas responsables en cas d’incendie, vol ou dégâts des eaux et oui, la majorité des compagnies d’assurances proposent des assurances habitation pour les colocataires.

Ensuite, cela demande, bien sur, un peu d’organisation : il vous faudra définir la valeur des biens de chacun et la personne qui sera chargée de régler les primes d’assurance. Comparez les types de contrats qui existent, parlez en autour de vous afin de trouver l’assurance qui vous convient le mieux.

Enfin, il vous suffira de téléphoner et de contracter une assurance pour votre logement. De plus, la colocation permet des frais d’assurance très abordables puisqu’ils sont généralement divisés entre les différents habitants de l’appartement.

Bref, plus d’hésitations, que l’on soit jeunes ou moins jeunes, étudiants, en colocation, les trois à la fois, assurons nous afin d’être rassurés. L’imprudence comme l’insouciance allument de grands feux alors faites rimer s’installer avec s’assurer !

Acheter son premier logement à Montréal

Même si Montréal ne fait pas partie des villes les plus abordables du Québec, la propriété peut rapidement devenir une solution envisageable. En effet, les prix sont nettement moins élevés que dans nos villes Françaises et après quelques années de travail, il est naturel de vouloir posséder son premier appartement.

Beaucoup de couples français achètent un condo (ou appartement au sein d’une copropriété pour lequel le propriétaire doit payer une part des frais pour l’entretien des espaces communs appelés « frais de condo ») après deux ou trois ans de travail au Québec. Il existe beaucoup de logements à vendre dans tout Montréal, les choix à faire avant l’achat sont :

  • Acheter une maison ou un condo, cependant le marché de la maison à Montréal est assez surévalué donc les condos sont une option plus envisageable. Surveillez les prix des condos à vendre à Montréal régulièrement pour acheter au moment opportun ;
  • Choisir entre un condo neuf ou un ancien. Il faut savoir que beaucoup de condos sont en construction à Montréal. Le condo neuf est une option intéressante car souvent plus abordable, mais il y a toujours un risque de retard dans la construction ;
  • Pensez aux frais de condo qui sont plus élevés à Montréal qu’on le penserait, et qui peuvent faire pencher la balance vers les bâtiments neufs qui nécessite moins de frais ;
  • Ne faites pas l’erreur du sur-endettement. Certes les taux sont peu élevés, mais un emprunt se calcule sur des longues périodes (les calculateurs hypothécaires sont d’une grande aide pour prévoir sur 10 ou 20 ans).

L’intérêt de l’achat au Canada

L’intérêt majeur de l’achat d’un bien immobilier au Canada et que l’on retrouve sur toutes les lèvres repose sur le fait que les propriétés sont peu chères. En effet, si l’on compare les prix à ceux que l’on peut trouver dans notre vieille Europe, le Canada bat des records, surtout en dehors des villes. D’autre part, comme pour la majorité des démarches administratives, les choses se font bien plus facilement qu’outre-Atlantique. Encore un aspect bien visible de la culture nord-américaine. De plus, si vous avez obtenu le statut de résident permanent, les démarches seront d’autant plus rapides et vous bénéficierez d’avantages intéressants lors du processus d’achat de votre maison.

Conditions à respecter pour obtenir un prêt

Si les offres semblent alléchantes, n’obtient pas un prêt qui veut. Il y a deux catégories à distinguer : les personnes disposant d’un historique de crédit et d’emploi au Canada et celles qui n’en ont pas.

Les personnes disposant d’un historique de crédit et d’emploi au Canada pourront baser leur dossier de demande d’obtention de prêt là-dessus et le compléter par leur historique dans le ou les pays dans lesquels elles ont vécu précédemment. Voilà l’une des raisons pour lesquelles il est important de conserver avec soi un historique. Ceci permet, par la suite, de procéder à une demande plus facilement et en disposant d’un dossier plus solide.

Les personnes qui ne disposent pas d’historique de crédit ni d’emploi au Canada peuvent commencer par ouvrir un compte en banque dans l’institution financière canadienne de leur choix et y épargner une certaine somme par mois. Par la suite, il leur sera possible de disposer d’une carte de crédit. Pour ce qui est de l’emploi, rester plus de trois chez un employeur est la moindre des choses pour augmenter sa crédibilité.

Procurez-vous, dans tous les cas, l’historique de crédit et d’emploi le plus important possible peu importe les pays où vous avez résidé précédemment.

Chercher et passer à l’action

Une fois que vous avez trouvé la maison ou l’appartement de vos rêves, il ne vous reste plus qu’à prendre contact avec une institution qui prête aux étrangers. Lorsque vous en aurez trouvé et définit avec votre prêteur les conditions à réunir pour finaliser l’opération. Dans tous les cas, votre prêt devra être assuré par la SCHL. Si vous disposez d’un historique de crédit et d’emploi au Canada et que vous êtes résident permanent, votre mise de fond de sera que de 5% comme pour tous les Canadiens. Sans la résidence permanente, vous devriez mettre 10%. Enfin, sans historique ni résidence permanente, il vous sera demandé 35% du prix de votre future propriété comme mise de fond.

Tout est possible au Canada pourrait être une devise. Tout est facile aussi ! Cependant, n’oubliez pas de bien regarder toutes les taxes et autres dépenses connexes au prix de la propriété que vous souhaitez acquérir. Par ailleurs, les prêteurs prêteront également attention à l’historique de paiement de votre loyer, de vos factures d’électricité, de gaz ou encore d’autres services comme le téléphone. Si vous n’avez pas payé une facture depuis trois mois et que vous voulez acheter une maison, il faudra commencer par-là !